lundi 9 novembre 2015

À partir du moment où la richesse des uns est basée sur la pauvreté de tous les autres, le paradis des uns sur l’enfer de tous les autres, la réussite des uns sur l’échec de tous les autres, et ainsi de suite, il est préférable de se tenir à l’écart.
La vraie misère n’est pas la misère financière, comme on essaie de le faire croire, mais la misère mentale est  n’avoir rien dans la tête. Ce qui signifie n’avoir pas d’existence individuelle.
On demande souvent à quoi sert d’étudier ceci ou cela et l’on cherche des raisons utilitaires: : ceci ou cela sert à obtenir une existence individuelle via la culture, via la réflexion, via la recherche personnelle, via la création.

Donc oui, la pauvreté n’est pas un problème, Nietzsche disait une “laeta paupertas”, une pauvreté joyeuse. 
Je l'expérimente    ;)