mardi 24 novembre 2015


La Russie protège l'Iran et la Syrie qui sont des pays clefs pour l'acheminement des ressources venant de pays déjà soumis par les USA que sont l'Irak et l'Afghanistan. Pour les faire tomber, il faut donc aussi faire tomber la Russie. Et les USA n'y parvenant pas de l'intérieur, ont essayé de le faire de l'extérieur en s'attaquant au pays voisin le plus important historiquement pour la Russie : l'Ukraine.
Le coup était multiple :
  1. Récupérer la Crimée qui abrite les bases navales Russes depuis lesquelles la fédération de Russie peut projeter ses navires de guerre dans la Méditerranée et ainsi protéger ses alliés iraniens et syriens. Mais ce point-là du plan a échoué lamentablement.
  2. Couper la Russie de son pays partenaire et de l'UE aussi bien en termes de débouchés que d'importations. Ce coup est partiellement réussi, grâce au changement de régime en Ukraine et aux sanctions économiques imposées suite à la réintégration de la Crimée dans le giron russe. Mais la Russie a décidé de transformer ces obstacles en opportunités, est en train de redévelopper son offre intérieure et s'est tournée vers l'Asie pour compenser les marchés perdus à l'Ouest, et semble-t-il avec succès, déjouant ainsi en partie la tentative de déstabilisation économique.
  3. Attirer la Russie dans le conflit pour pouvoir ensuite lui déclarer une guerre par procuration via l'UE, pour affaiblir la Russie à travers une guerre meurtrière de longue haleine avant de lui porter le coup fatal, la dépecer et récupérer ses ressources, et celles de ses alliés qu'elle ne sera plus en mesure de défendre. Les USA en profiteraient aussi pour relancer leur économie grâce à l'industrie de l'armement qui tournerait à plein régime pour fournir l'UE en armes. Jusqu'ici les dirigeants russes, en bons joueurs d'échecs, ont vu venir le piège à des kilomètres et font tout ce qu'ils peuvent pour jouer la montre en espérant que l'empire s’effondre avant qu'il n'ait réussi à entraîner tout le monde avec lui. Ce coup-ci est encore en cours, et il se joue dans le Donbass.
http://dnipress.com/fr/posts/guerre-civile-dans-le-donbass-interactions-entre-microcosme-et-macrocosme-geopolitique/